Après l’apparition du tout premier logiciel open source il y a une vingtaine d’année, le concepte en lui-même ne présentait qu’un très faible intérêt commercial. Quelques projets ont certes réussi à prendre leur envole, mais la plupart ont vu leur développement ainsi que leur maintenance suspendus faute de financement.

Toutefois la dynamique du marché milite désormais en faveur de la reconsidération de l’open source tant du point de vue commerciale que celui de son utilité.

L’open source a le vent en poupe

Si au niveau commercial, le fait d’accorder à tous l’accès au code source ne paraissait pas pertinent, le récent virage pris par l’open source laisse entrevoir des perspectives de mutation globale pour le futur. Et pour cause; des communautés entières de professionnels et de passionnés à l’expertise et à la réactivité éprouvées se sont formées. La maintenance et le développement ne sont ainsi plus l’oeuvre et la charge d’une seule équipe et l’innovation est quant à elle quasi permanente.

Pour Linus Torvald le créateur de Linux, tout l’intérêt de l’open source réside dans la liberté absolue pour l’utilisateur de définir ses propres modalités d’utilisation du logiciel. En effet, le code source d’un logiciel open source est ouvert à tous et il est possible de l’adapter selon les besoins de chacun. Il s’agit là d’un service que l’on ne retrouve pas souvent au niveau des fabricants de logiciels commerciaux. En interne, les développeurs gagnent un temps considérable puisqu’il n’est plus besoin de constamment déboguer ou mettre à jour.

Vers un nouveau mode de consommation

En outre, les plateformes open source présentent un autre avantage en terme de coût d’acquisition ou d’exploitation. La plupart de ces solutions ne nécessite qu’une fraction de l’investissement nécessaire pour un logiciel propriétaire du même ordre. 20 ans auparavant, IBM, Cisco, Microsoft ou encore Apple faisaient office d’hégémons dans le secteur. Mais aujourd’hui ce sont des entreprises telles que Google, Airbnb ou Amazon qui pèsent le plus sur cette balance avec des technologies de pointe essentiellement orientées vers le cloud et l’open source. Et il y a fort à parier qu’à mesure que ce changement se poursuivra, et que les entreprise privilégieront la maniabilité, l’évolutivité et la cohérence, l’ouverture de la structure des Meta Data séduira davantage.